La fête du Setsubun – Début du printemps

みんなさんこんにちは!Minna-san konnichiwa !
今日は節分です!Aujourd’hui c’est le setsubun !

Qu’est-ce que le Setsubun ?

Littéralement setsubun 節分 signifie « la division des saisons ». Il est composé de deux kanjis : setsu 節 qui signifie saison et bun 分 qui signifie division. Dans le calendrier lunaire traditionnel japonais, Setsubun correspondait au dernier jour de toutes les saisons, la transition entre chaque saisons. De nos jours, on fête encore le Setsubun au Japon aux alentours du 3 février, comme la marque du passage de l’hiver au printemps.

Revenons un peu en arrière…

La célébration du setsubun est d’origine chinoise, elle est importée au Japon lors de l’époque Nara (Nara jidai 奈良時代, 〜710-794). La cérémonie est une une exorcisation des démons, oni (鬼), appelée tsuina (追儺), qui a pour but d’apporter le bonheur pour le restant de l’année. Pour ce faire, les japonais lançaient des graines afin de faire fuir les oni quatre fois par an, entre chaque changement de saison. Cette coutume s’appelle le Mamemaki (豆まき).

De nos jours…

Cette tradition de pourchasser les démons en jetant des graines de haricot perdure au Japon mais n’est fêtée qu’une fois seule fois dans l’année : pour le dernier jour d’hiver et le premier jour du printemps, le 3 février.

Les japonais continuent cette tradition du Mamemaki (豆まき) : ils lancent des graines en criant :

「鬼は外、服は内」

Oni wa soto, fuku wa uchi

En français cela pourrait se traduire par « dehors le démon, dedans la chance/le bonheur ».

Afin de célébrer le Setsubun, dans les familles ou encore dans les écoles, une personne se déguise en démon et les autres lui jettent des graines, toujours en criant cette phrase et en rigolant. Cet évènement symbolise la tradition d’autre fois : faire fuir le démon à coups de graines !

D’ailleurs, dans certaines écoles, les élèves japonais fabriquent eux-mêmes les masques et les déguisements avant d’aller pourchasser le démon. Des konbini proposent également à l’achat des kits pour fêter le Setsubun.

Côté religion, certains temples présentent des cérémonies comme par exemple à Tokyo dans le temple Senso-ji à Asakusa. Chaque temple a sa version de la tradition et les célébrations sont donc diverses.

Décoration et mets pendant le Setsubun

Certaines familles japonaises ornent le devant de leur maison avec un houx décoré d’une tête de sardine, d’une gousse d’ail et d’un oignon, tel un talisman pour éloigner les démons.

Une autre tradition que les japonais suivent afin de s’assurer une bonne année, est de savourer un ehōmaki (恵方巻き) : un long maki, rouleau de riz enveloppé d’une feuille d’algue nori (海苔). Mais attention, il ne se mange pas n’importe comment !

Voici les conditions à respecter afin de s’assurer d’une bonne année de fortune et bonheur:

  1. Contrairement au maki, on ne coupe jamais un ehōmaki
  2. Quand on le déguste, on doit se tourner vers une direction bien précise, qui change chaque année, et ne pas détourner le regard
  3. On le mange d’une seule bouchée et en silence !

Nous vous souhaitons une belle année de bonheur et fortune. Gare aux démon, 鬼は外、服は内 !!!

Ewa 03/02/2021

Articles liés

Réponses

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *